Mon compte - parrainage
Nouveaux produits
Nouveaux produits
Mimosa CBD medium
  • Neuf
fleurs-de-chanvre
MIMOSA CBD
La mimosa est une variété très douce. Son aspect aéré nous laisse découvrir des pistils orangés. Les fleurs sont très résineuses, légères. Côté...
20,00 € Prix
Tous les nouveaux produits
2/3 des docteurs américains favorables au cannabis médical

2/3 des docteurs américains favorables au cannabis médical

C’est un sondage de plus en faveur du cannabis médical que les américains enregistrent cette année. Publiée dans la revue Cannabis and Cannabinoid Research, en avril dernier, cette nouvelle enquête dévoile que 2/3 des docteurs américains sont favorables au cannabis médical. D’ailleurs selon les témoignages recueillis, plus d’1/4 de ces docteurs auraient déjà conseillé à leur patient de consommer du cannabis pour soulager leurs symptômes et les aider à supporter leur maladie.

Lors de ce sondage, plus de 1 500 praticiens se sont exprimés sur le cannabis à usage thérapeutique. L’étude de ces données a permis l’évaluation des connaissances des docteurs américains sur la législation actuelle dans leur État et l’utilisation et les pratiques relatives au cannabis médical. On vous présente les résultats de ce sondage qui sont, pour le moins, surprenants !

 

Une formation sur le cannabis médical serait un plus pour les docteurs américains

Le rapport d’enquête ne laisse aucun doute là-dessus, un docteur convaincu par les bienfaits et l’efficacité du cannabis médical aura davantage tendance à le recommander à ses patients qu’un médecin qui hésite encore.

Ce qui surprend surtout dans les résultats de ce sondage, c’est la méconnaissance des docteurs américains sur la réglementation propre à leur État ainsi que leurs croyances erronées sur le cannabis médical. En effet, l’enquête révèle que dans 60 % des cas, les connaissances des médecins ne découlent d’aucune source scientifique. Nombreux sont les docteurs qui ne connaissent ni la réglementation en vigueur, ni même le projet de loi en cours visant à accélérer la recherche dans le domaine. D’autres encore se disent convaincus par le cannabis médical, uniquement parce que leur État en a autorisé la prescription et l’utilisation dans certains cas.

Les responsables du sondage en sont venus à évoquer la possibilité de créer une formation à destination des professionnels de santé. Cette formation servirait de socle commun à tous les praticiens pour qu’ils aient accès et qu’ils comprennent bien l’ensemble des notions scientifiques avérées relatives au cannabis médical et pour qu’ils sachent comment l’utiliser et le prescrire.

Malgré tout, les résultats de cette enquête ne sont pas si mauvais puisqu’une bonne majorité des médecins sont bien informés sur le sujet.

 

Des politiciens toujours réticents malgré l’appui des docteurs en faveur du cannabis médical

Le Directeur adjoint de la fondation NORML, Paul Armentano, voit dans cette nouvelle enquête un soutien supplémentaire au cannabis médical qu’il serait bon de présenter aux politiciens américains. Ces derniers semblent toujours frileux quant à la légalisation du cannabis médical, en dépit des nombreux témoignages positifs des patients, des preuves solides apportées par les récentes études scientifiques et l’appui des médecins en faveur du cannabis médical. Pourtant de nombreux États américains ont déjà fait le choix d’autoriser la consommation de marijuana thérapeutique sous certaines conditions et le taux du THC dans le chanvre a même été relevé à 1 % dans l’État du Minnesota.

L’opinion publique aux USA rejoint par ailleurs cette enquête puisque 91 % des américains sont favorables à la légalisation du cannabis.

Et au Texas, consommer du chanvre comme alternative aux médicaments est entré dans les mœurs. Plus de 60 % des patients se tourneraient d’ailleurs vers la fleur de chanvre. Rappelons que cet État autorise l’usage compassionnel du cannabis depuis 2015 mais les conditions d’accès, trop restrictives, ne permettent pas d’inclure la totalité des patients qui en auraient besoin. Cette loi sur l’usage compassionnel est probablement à l’origine de cette tendance à délaisser les médicaments classiques.